Menu 1001 nuits - Combat - Création de personnages - Liste d'occupations - Liste d'adolescence - Gastronomie - Bagdad

Les 1001 nuits

Le jeu Légendes des 1001 nuits puise dans deux sources d'inspiration : l'histoire d'une part et les contes des 1001 nuits d'autre part.

Ce que je propose ici, c'est d'apporter une vue sur ce que sont les 1001 nuits pour ceux qui n'auront pas le courage de les lire et d'en tirer quelques éléments pour créer des scénarios.

 

La structure des contes emboîtés

Les contes narrés par Shérahazade utilisent souvent la technique de l'emboîtement. Il arrive une histoire lors de laquelle X rencontre Y qui raconte sa propre histoire où il a rencontré Z dont voilà l'histoire. X conseille Y sur la marche à suivre en lui citant l'exemple de W dont X raconte l'histoire. Shéréhazade peut ainsi emboîter jusqu'à une dizaine de contes dans un seul.

Un exemple frappant est le conte du pêcheur et du génie : un pêcheur trouve une bouteille dans la mer l'ouvre, un génie en sort et apprend au pêcheur qu'il a promis de tuer celui qui ouvrirait la bouteille pour le libérer. Il raconte son histoire. Ensuite le pêcheur pour le persuader de ne rien faire de son dessein lui raconte une histoire illustrant son propos (). Le génie lui conte à son tour une histoire qui vient contredire celle du pêcheur. Le pêcheur parvient à tromper le génie et l'enferme à nouveau dans la bouteille. Celui-ci supplie le pêcheur de le libérer, lui raconte encore une histoire pour l'en persuader et promet de le rendre riche. C'est alors qu'il lui révèle le chemin d'un lac avec des poissons de quatre couleurs dont il tira un bon prix à condition qu'il n'en pêche qu'un par jour. Le pêcheur se rend au lac, pêche un poisson bizarre et l'apporte au sultan Le sultan lui en donne un bon prix, le confie au vizir pour qu'il l'amène aux cuisines. La cuisinière prépare le poisson et c'est alors qu'une femme sort du mur en lançant des imprécations contre le poisson tout carbonisé. La cuisinière en parle au vizir qui redemande le lendemain un poisson et rebelote. L'histoire arrive aux oreilles du sultan qui demande au pêcheur de l'emmener au lac. Le lac est proche du palais, pourtant le sultan ne le connaissait pas. Le sultan explore les lieux et découvrent un palais vide. Seul y figure un homme dont le buste est une statue immobile. L'homme raconte son histoire : c'est sa femme par vengeance qui l'a mis dans cet état car elle est une grande enchanteresse. Elle a également transformé sa ville en lac et ses habitants en poissons. Le sultan parvient par ruse à contraindre la femme à supprimer ses enchantements et à la tuer ensuite.

Dans cette histoire, plus de 5 contes sont ainsi emboîtés.

Revenons en à nos moutons : comment retranscrire ce type de narration dans un scénario ? L'appliquer tel quel est impossible, les joueurs n'apprécieraient pas de se retrouver passif à entendre l'histoire d'un tel ou d'un tel. Par contre, il est possible de prévoir dans le scénario des "passages obligés" où les personnages doivent obtenir l'aide d'un PNJ ou résoudre une énigme qui les obligent à poursuivre une intrigue secondaire qui pourrait amener par le même système à une intrigue tertiaire.

Une autre possibilité se situe dans les conséquences involontaires d'un acte des personnages selon le modèle du battement d'aile de papillon : leur résolution d'une intrigue amène une conséquence qui retombe par le biais de plusieurs intermédiaires sur le dos des personnages.

Comme M.Jourdain, j'ai utilisé sans le savoir ce système pour la campagne Voyage à Vavau pour Légendes Tahitiennes. Les personnages ont besoin d'une belle femme oracle mais celle ci est marié au roi de la montagne, une anguille géante. Pour se débarrasser de celle ci, ils doivent ou bien apprendre son histoire et faire introniser un nouveau roi de la montagne, ou bien trouver un moyen de contourner la prophétie qui veut que jamais un homme ne tuera l'anguille. Le départ de l'anguille entraîne ensuite une conséquence : les ennemis de l'hôte des personnages trouvent un allié dans son blocus du lagon qui empêche la flotte de guerre de l'hôte de rentrer à Pora Pora. Les personnages montrés du doigt devront ouvrir une autre passe, jadis fermée par une malédiction. Ils devront apprendre les raisons de cette malédiction et par ruse ou par courage la faire lever. Il y a également là trois histoires en une : celle du roi de la montagne, celle de la lutte entre deux royaumes et celle de la malédiction qui frappe une vallée.

Ce type de scénario où plusieurs histoires s'entrecroisent donne vraiment l'impression d'un conte emboîté. L'aspect "conte" vient également des thèmes abordés, mais c'est une autre histoire !

A Suivre : des résumés de quelques contes et l'utilisation du destin dans les 1001 nuits