Les Pages Joruniennes de Stef : Background

Le Sobayid : Histoire et Géographie

Scénarios - Background - Aides de Jeu

Retour à l'accueil - Scénario Jorune Index Jorune

Traduit du Sobayid Atlas par Christophe INSA

note : le Sarceen indique la présence d'un secret, cliquer dessus pour y avoir accès

Les premiers colons du SOBAYID étaient des réfugiés qui fuyaient les premières installations de recherche situées au sud de la Vallée de GAUSS. Ces colons ont été poussés vers le sud par la Guerre Humano-Shanthique ; la plupart de ces réfugiés s’installèrent dans les basses vallées au nord du SOBAYID. Les plus courageux s’aventurèrent plus avant vers le sud-est, à travers le désert, jusqu’à la région où s’élève aujourd’hui la cité de MIEDRINTH, voire même au-delà.

Histoire de la province de SOBAYID

Transcription d’une série de conférences d’histoire tenues par ZAHOR NESAMI, historien à l’ISHARA de MIEDRINTH

En une époque reculée de l’histoire de JORUNE, le SOBAYID était un delta d’alluvions à l’embouchure d’un vaste fleuve s’écoulant du DOBEN-AL. Les ISCINS Naturalistes (OUTDOOR) de BURDOTH pensent que la disparition du fleuve et de son delta eut lieu au cours d’une catastrophe aussi soudaine que violente, mais les causes de cette calamité restent inconnues. Lorsque les premiers explorateurs Terriens arrivèrent, la vallée autrefois fertile était devenue une vaste terre aride où peu de plantes poussaient et où encore bien moins d’animaux s’aventuraient. Les terres qui s’appelleraient par la suite SOBAYID, ou " Terres Brûlantes ", furent ignorées en faveur de régions plus fertiles pour accueillir les avant-postes des colons Terriens.

Les restes d’antiques cités Shanthiques et des révélations insoupçonnées sur l’histoire de notre monde sont probablement enfouis sous les dunes mouvantes des terres centrales et désolées du SOBAYID, ou bien sous les collines du nord, ou encore, perdues au milieu des terres agricoles fertiles à la frontière des Jungles des TRINNUS Orientales.

Géographie Sommaire

La région nord du SOBAYID borde la Vallée de GAUSS et partage en grande partie son relief et son climat. Les contreforts extrême des Monts KUGGIN pénètrent plus au sud du SOBAYID ; le relief est plutôt rocailleux. En voyageant plus au sud, la région devient plus plate et le climat plus sec. Des pluies n’apparaissent qu’au plus fort de l’hiver. Des myriades de lacs et de rivières fournissent l’eau nécessaire à l’agriculture dans la région. Plus loin à l’est, les terres sont chaudes et sèches, et les sources d’eau se font rares, mais la région n’est pas proprement aride ; les terres sont couvertes de buissons, d’occasionnelles vignes y poussent et une multitude de DHARMEES y pullule. Aux abords des Jungles des TRINNUS Orientales, l’environnement change drastiquement. L’air devient humide alors que des marécages gagnent sur les terres en bordure des jungles.

Des alignements lunaires majeurs qui créent des ravages jusqu’aux digues d’ARDOTH, à JASP ou à d’autres puissantes cités côtières, sont à l’origine de catastrophes qui frappent également le bassin du SOBAYID à la fréquence de quelques siècles; la moitié sud de la province s’en trouve alors enrichie grâce aux dépôts fertiles de végétation morte ou de poissons et autres animaux pourrissants. Les vastes Marais DHAR KESH situés en bordure des TRINNUS Orientales sont drainés et nettoyés lors de ces dévastatrices manifestations des astres.

Un site qui est devenu le sujet de débats animés au sein du KLADE d’ISCINS ATTEROL est la cité en ruines de TAYSIS, située au nord-ouest de la province. Au cours du neuvième siècle après la Guerre humano-Shanthique, une caravane venue de THANTIER entreprit un voyage éprouvant à travers les terres arides du DOBEN-AL pour arriver aux montagnes. Les ruines de TAYSIS sont tout ce qu’il reste de cette expédition. Au siècle dernier, des ISCINS Naturalistes ont découvert une immenses cavité délabrée qui fut autrefois " remplie " par les habitants de TAYSIS avant que ceux-ci ne s’en aillent. Ce qui poussa réellement les nobles de THANTIER à consacrer une main d’œuvre précieuse par ailleurs pour découvrir un endroit aussi éloigné et y entreprendre des fouilles qui coûtèrent sûrement la vie à nombre d’entre eux, pour finalement s’en retourner dans leur lointain royaume reste un mystère.

Durant des siècles qui suivirent la chute des colonies, le SOBAYID était habité par des bandes de nomades Humains et par des petits groupes de WOFFENS et de CRUGARS. Peu après la Grande Conjonction des années 600, une série d’épidémies dévastatrices prit probablement naissance dans les terres putrides des TRINNUS Orientales et dans les marais limitrophes, et chassèrent les quelques survivants Humains hors du SOBAYID. Les ravages causés sur les êtres vivants n’eurent d’égal que les terribles inondations causées par les alignements lunaires. Les réfugiés venus du SOBAYID répandirent malgré eux les maladies dans les autres contrées.

Quelques générations après la Grande Conjonction et l’Âge des Monstres qui en résulta suffirent pour faire disparaître les mutations instables, bien que des restes peuvent être encore découverts sous les sables à l’ouest du SOBAYID. Lorsque les " monstres " furent oubliés, des tribus de " petites personnes ", que nous pensons être les premiers MUADRAS, laissèrent leur marque en SOBAYID. Il apparaît que durant l’époque où MAYATRISH apporta l’attitude bienveillante d’ARDOTH envers les BOCCORDS et les MUADRAS dans la Vallée de GAUSS, les habitants d’autres régions chassaient leurs enfants anormaux, qui se regroupèrent alors pour survivre malgré leur petite taille et leur faible constitution. Des fouilles entreprises sur d’anciens campements nous apprennent que ce petit peuple était peu exigeant et capable de survivre même dans les terres les plus arides grâce à des incursions audacieuses dans le milieu hostile que constitue les TRINNUS.

Durant cette période, un groupe d’HUMAINS qui fuyaient les guerres internes et les CLEASHS qui sévissaient au THANTIER trouvèrent refuge dans une caverne près de l’actuelle SOBAY. Ils laissèrent derrière eux une sacoche en peau de THOMBO ciselée contenant un récit de leur voyage écrit sur du papier de lin finement ouvragé et préservé par une huile protectrice. Le document, aujourd’hui appelé le Fragment de SOBAYID, décrit la région d’alors et contient la première référence connue au Sage de THANTIER, nous apprenant ainsi que ce titre était utilisé bien avant la création du statut de Sage dans les provinces de BURDOTH. Le Fragment de SOBAYID, détenu pendant des siècles par les THRIDDLES de TAN-IRICID, est aujourd’hui entre les mains du DHARSAGE de BURDOTH, dont le titre est emprunté à ces premiers Sages.

Alors que les premières fondations d’une civilisation voyaient le jour à JASP et GAUSS, des tribus primitives vinrent d’ARDIS et d’HERIDOTH s’installer en SOBAYID. Elles formèrent des communautés nommées " KLADES " dans le but de rassembler les enfants pour les éduquer, ce qui permettait aux adultes de se consacrer pleinement à la recherche de la nourriture nécessaire à la survie du groupe. Ces KLADES veillaient à fournir aux enfants nourriture, vêtements, abri et santé tout en leur apprenant les rudiments de métiers manuels allant de la poterie à la tannerie, du tissage à l’élevage, de la confection du papier à la coupe du bois. A la fin des années 1800, des nombreux KLADES originaires d’autres régions s’étaient installés en SOBAYID : le KLADE PLENCIA de la Vallée de GAUSS, spécialisé dans la préparation et la conservation de la nourriture, était présent à SOBAY, le KLADE YANOL de pêcheurs venus d’ESSANJA à COISE, les JERS du KLADE NEEROL faisant partie des KLADES CASSADON à BAYSIS, le KLADE HEKNA de marchands de JASP à CAVRIS, etc…

Au début des années 2600, des familles d’HERIDOTH en conflit les unes avec les autres s’allièrent pour étendre leurs influences plus à l’ouest en SOBAYID et elles installèrent un contrôle militaire dans la région où se trouve l’actuelle JOBLE. Sous la pression des troupes alliées de GAUSS, ARDIS et ESSANJA, plusieurs maisons Héridothiennes se replièrent et abandonnèrent leurs colonies sans aucun soutien. Ces colons abandonnés à leur propre sort posèrent les fondations des premières cités fortifiées du SOBAYID : SOBAY et MIEDRINTH.

Les invasions CRUGARS des années 3100 poussèrent les Sages (indépendants) d’ARDIS, de GAUSS, de SYDRA, de GLOUNDA, de LUSAIL, d’ESSANJA, de SYCHILL et du nord SOBAYID à se rassembler pour le Grand Conseil de 3180. Ils se réunirent sur la bordure ouest de la Forêt de GLOUNDA pour choisir un chef de guerre. Le Sage RASIL d’ARDIS pris les rênes du commandement et forma une armée à partir des troupes fournies par ces alliés méfiants les uns des autres. Leur puissance combinée était suffisante pour chasser les CRUGARS de GAUSS et du SOBAYID jusqu’aux confins du DOBEN-AL. Ils poussèrent également à la déroute les RAMIANS présents en SYDRA et en LUSAIL. RASIL fut à l’origine d’une brève période de coopération entre les futures provinces de BURDOTH qui se concrétisa par une dizaines d’années de paix entre les Sages victorieux des états indépendants.

Sous l’autorité de RASIL, les anciennes fortifications de SOBAY et de MIEDRINTH furent restaurées, des murs d’enceinte furent érigés à CAVRIS et COISE, et les plans d’une grande route reliant ARDOTH à MIEDRINTH furent établis, même s’il fallut plus de deux cents ans avant qu’ils ne deviennent une réalité.

La grande plaine fertile aux alentours de CAVRIS fut nettoyée grâce à un énorme programme de brûlages coordonnés qui stoppèrent la croissance des Jungles des TRINNUS dans cette région. L’intégralité du Plateau de CAVRAN fut défriché grâce aux efforts et à la persévérance de Sage KASAT, la petite-fille de RASIL. Les nouvelles terres agricoles ont été maintenues en parfait état par l’activité sans relâche de coupeurs munis de machettes. Le feuillage nouvellement coupé se révéla un terrain propice à la prolifération d’une moisissure virulente, appelée pourriture du coupeur, qui prit sa part de vies chez les équipes de coupeurs et de brûleurs, et même chez les premiers fermiers installés. Leur sacrifice laissa derrière eux un vaste plateau fertile où le fleuve CAVRIS arrose les terres nouvellement défrichées. Aujourd’hui le LIMILATE ASCOTIN est un remède efficace contre cette ancienne calamité et la vie sur le Plateau de CAVRAN s’est développée au rythme des saisons des semailles et des récoltes.

Les KLADES agricoles de CAVRIS – les producteurs de céréales d’HANARIT, les éleveurs d’animaux d’OLILLION et les préparateurs/conservateurs de nourriture de PLENCIA – agrandirent leurs minuscules propriétés originelles en de grands DHARLERRINS qui couvrent aujourd’hui les plaines et les pentes du Plateau de CAVRAN. Les richesses agricoles s’étendirent du plateau vers les Chutes de GONYE au-delà de MIEDRINTH, là où commencent les Marais de DHAR KESH. Les LERRINS ont toujours produit en abondance des fruits, des céréales et des légumes récoltés parmi la végétation locale et qui sont digérables grâce au LIMILATE HILC. Durant les années qui suivirent la Guerre des Armes Energétiques, le Prince ALLONKARB confia à ces fermiers une petite quantité de graines issues d’une des caches d’EARTH-TEC nouvellement découverte, créant par la même une nouvelle industrie alimentaire naissante qui produit aujourd’hui des aliments de luxe tels que du froment, du maïs, des courges, des navets, des haricots, des fèves, des salades et des pommes de terre. La nourriture de base, DURLIGS et produits coloniaux combinés à une large variété d’épices, de fleurs et de plantes médicinales venues du légendaire monde originel de la Terre - Mère, ont créé une nouvelle source de richesses qui s’avère être le joyau de la couronne Burdothienne.

Après la Guerre des Armes Energétique, un nombre important de familles s’installèrent en SOBAYID pour faire fortune en tant que fermiers ou aventuriers à la recherche des trésors cachés des Jungles des TRINNUS avoisinantes. Les HUMAINS, les WOFFENS et les MUADRAS prédominent en SOBAYID, bien que nombre d’autres races sont également présentes dans cette région. Des populations de réfugiés BRONTHS, THIVINS et THRIDDLES se sont vus allouées temporairement des terres et se sont alors révélées précieuses au développement du SOBAYID.

Retour à l'accueil - Scénario Jorune - Index Jorune